Les autographes du Meturgeman d’Élie Lévita

En 1515, Elie Lévita (1469-1549) s’installe à Rome. Invité par Gilles de Viterbe (1469-1532) en tant que spécialiste de grammaire et de langue hébraïques, Lévita demeure sous l’aile protectrice de son patron jusqu’en 1527[1].

Ce n’est qu’à la fin de ces années romaines que Lévita entreprend la rédaction du Meturgeman (Le Traducteur)[2], un thesaurus des racines araméennes provenant des targumin (traductions araméennes) de la Bible. L’agencement de cet ouvrage lexicographique majeure est clairement inspiré par le Sefer ha-Shorashim de l’exégète et grammairien juif provençal David ben Joseph Qimḥi (1105-1170). Il poursuit son entreprise lexicographique, avec la publication, en 1541, du Tishbi, un lexique hébraïque qui entend compléter le Sefer ha-Shorashim. Pour Lévita, Qimḥi n’est pas seulement une source d’inspiration, c’est un véritable modèle.

Continuer la lecture de « Les autographes du Meturgeman d’Élie Lévita »