Des copies du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim attestées à Istamboul et en Crète au XVIe siècle

  La grande diffusion du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim, tant parmi les juifs que parmi les hébraïsants chrétiens, est bien attestée dans la littérature juive et non juive à partir de l’époque médiévale. Il nous manque, cependant, le recensement des exemplaires mentionnés dans les listes de livres et dans les notes de vente qui nous sont parvenues. C’est ce que je me propose de faire ici en débutant par les exemplaires attestés à Istamboul et en Crète au XVIe siècle.

Achille de Harlay de Sancy, qui fut ambassadeur de France à la Porte Ottomane de 1611 à 1619, commença l’apprentissage de l’hébreu pendant son séjour stambouliote. En rentrant à Paris, il fit don des 207 manuscrits hébreux qu’il possédait, à la Bibliothèque de l’Oratoire. En 1796, tous les manuscrits de la Bibliothèque de l’Oratoire, y compris ceux qui avaient appartenu à Achille de Sancy, furent confisqués et déposés à la Bibliothèque Impériale. Continuer la lecture de « Des copies du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim attestées à Istamboul et en Crète au XVIe siècle »

Bə-‘ēmeq ha-bākā (Psalms 84:7): non-lachrymose interpretations of the verse in David Qimḥi’s Commentary

The paronymic way of interpreting בָּכָא bākā in בְּעֵמֶק הַבָּכָא bə‘ēmeq ha-bākā (Psalms 84:7) as connected with the root בכי/–ה bky/-h “to cry” is already attested in the Septuagint where the Hebrew phrase is rendered by εἰς τὴν κοιλάδα τοῦ κλαυθμνος. 1 This translation paved the way to the emergence of the notion of the Vale of tears as a place of penitence in the afterworld, as in a word-by-word commentary of the verse in the Talmud of Babylon (‘Eruvin 19a): Continuer la lecture de « Bə-‘ēmeq ha-bākā (Psalms 84:7): non-lachrymose interpretations of the verse in David Qimḥi’s Commentary »

  1. On wordplay in the Hebrew original Book of Psalms and its rendering in the Septuagint, see Backfish E. H. P. Hebrew Wordplay and Septuagint Translation Technique in the Fourth Book of the Psalter. London: T&T Clark, 2019. []

A note on the Biesenthal and Lebrecht edition

The most recent edition of Sefer ha-shorashim was published by Johann Heinrich Biesenthal and Fuerchtegott Lebrecht in Berlin in 1847. I shall henceforth refer to it as the BL edition. In a brief introduction to their work, the editors announce that they used the Naples edition from 1490 and three different manuscripts (p. 444) – a Spanish codex, a German codex (both of which then belonged to the Hebrew bibliographer Heimann J. Michael in Hamburg), and a third manuscript from the University Library in Jena (manuscriptum jenense quod ex illa bibliotheca summa cum liberalitate ad tempus mihi concessum est). Although Biesenthal and Lebrecht do not explicitly mention it, they also consulted early printings. Indeed, as I shall demonstrate below, their edition is mostly based on the second and third Venetian editions, that is the Bomberg revised edition (1546) and the Giustiniani edition, which also contains linguistics notes by Elijah Levita. Continuer la lecture de « A note on the Biesenthal and Lebrecht edition »

Les autographes du Meturgeman d’Élie Lévita

En 1515, Elie Lévita (1469-1549) s’installe à Rome. Invité par Gilles de Viterbe (1469-1532) en tant que spécialiste de grammaire et de langue hébraïques, Lévita demeure sous l’aile protectrice de son patron jusqu’en 1527[1].

Ce n’est qu’à la fin de ces années romaines que Lévita entreprend la rédaction du Meturgeman (Le Traducteur)[2], un thesaurus des racines araméennes provenant des targumin (traductions araméennes) de la Bible. L’agencement de cet ouvrage lexicographique majeure est clairement inspiré par le Sefer ha-Shorashim de l’exégète et grammairien juif provençal David ben Joseph Qimḥi (1105-1170). Il poursuit son entreprise lexicographique, avec la publication, en 1541, du Tishbi, un lexique hébraïque qui entend compléter le Sefer ha-Shorashim. Pour Lévita, Qimḥi n’est pas seulement une source d’inspiration, c’est un véritable modèle.

Continuer la lecture de « Les autographes du Meturgeman d’Élie Lévita »

Lexicographical standardization in David Qimḥi’s Sefer ha-Shorashim

Throughout the Middle Ages, the study of the Hebrew language underwent major developments in different regions and most notably in al-Andalus, where the bases of the methodology still in use today were laid. In the medieval Islamic world, the study of language occupied a leading role among the sciences, for language was regarded as the key providing access to the other disciplines. Within linguistic studies, lexicography – that is, the study of words – ranked extremely high.

Continuer la lecture de « Lexicographical standardization in David Qimḥi’s Sefer ha-Shorashim »

Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance

Pic de la Mirandole
Gilles de Viterbe

En 1486 ou au plus tôt, fin 1485, Jean Pic de la Mirandole engagea Guglielmo Raimondo Moncada alias Flavius Mithridate (comme il aimait se faire appeler) comme traducteur de l’hébreu. Mithridate, juif sicilien converti, avait dû fuir en Allemagne après avoir passé quelques années à Rome à la cour de Sixte IV, avant de rentrer en Italie, à Florence, en 1485. Il traduisit pour Pic de la Mirandole un grand nombre d’ouvrages, parmi lesquels de nombreux textes cabalistiques. Ses traductions étaient très littérales, mais elles contenaient aussi des gloses explicatives, en fonction de l’humeur du traducteur. Esprit flamboyant, doué d’une grande maîtrise de l’hébreu et bon connaisseur du latin, Mithridate était capable de produire des traductions de qualité, dès le premier jet presque sans ratures, et il ne semble pas qu’il y ait eu de premières ébauches. C’est donc à partir des manuscrits rédigés par Mithridate lui-même (aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Vaticane) que Pic de la Mirandole menait ses recherches sur la littérature cabalistique. Continuer la lecture de « Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance »

Les manuscrits latins du Sefer ha-shorashim

Rome, Bibliotheca Angelica, ms. 3.

Peu avant 1517, Gilles de Viterbe (1469-1532) engagea – en y contribuant peut-être – la traduction en latin du Sefer ha-shorashim. Bien qu’il s’agisse de la seconde partie du Sefer mikhlol, composé par le grammairien et commentateur biblique David Qimḥi (1160-1235), le Sefer ha-shorashim a connu une grande notoriété au Moyen Âge et à la Renaissance comme ouvrage indépendant1.

Continuer la lecture de « Les manuscrits latins du Sefer ha-shorashim »
  1. Campanini 2016; Kogel 2015; Kogel 2016. []

Dictionnaires de l’hébreu biblique au Moyen Âge et à la Renaissance, introduction au projet RACINES

De quels manuels disposait-on pour étudier la Bible hébraïque au Moyen Âge ? Existaient-ils des dictionnaires pouvant aider les débutants à comprendre le texte sacré alors que l’hébreu n’était plus parlé depuis près de mille ans ?

Plusieurs de ces ouvrages nous sont parvenus mais il en est un qui connut un grand succès, le Sefer ha-shorashim de David Qimḥi (Narbonne, 1210). Copié maintes fois durant le Moyen Âge, il a été traduit et adapté en latin à l’aube du XVIe siècle par des hébraïsants chrétiens, devenant ainsi un outil essentiel du dialogue entre les cultures juive et chrétienne, jusqu’à la période contemporaine. Le texte hébreu n’a jamais fait l’objet d’une édition critique et la traduction latine humaniste a sombré dans l’oubli.

Continuer la lecture de « Dictionnaires de l’hébreu biblique au Moyen Âge et à la Renaissance, introduction au projet RACINES »

Présentation du projet

fin_de_la_lettre_bet_reduit-f1e3b
Padoue, Biblioteca del Seminario Vescovile Ebr. 210

Ce carnet de recherche accompagne le projet ANR Racines dont l’axe principal est l’édition électronique bilingue du « Sefer ha-shorashim » de David Qimḥi (c.1160 – c.1235), qui présente, dans l’ordre alphabétique, les racines permettant de regrouper commodément tous les mots de l’hébreu biblique. C’est un instrument indispensable à la compréhension du texte sacré, dans les communautés juives à l’époque médiévale, puis chez les humanistes chrétiens dès les prémices de la Renaissance. Bien que conservé dans près de 80 manuscrits hébreux, auxquels s’ajoutent plus de 150 fragments (de 1 à 70 folios) cotés dans l’ensemble des bibliothèques – ce qui témoigne d’une très large diffusion dans les centres juifs, au cours du Moyen Âge –, édité huit fois entre 1469 et 1546, le Sefer ha-shorashim n’a pas fait l’objet d’édition critique. Continuer la lecture de « Présentation du projet »