Présentation du projet

fin_de_la_lettre_bet_reduit-f1e3b
Padoue, Biblioteca del Seminario Vescovile Ebr. 210

Ce carnet de recherche accompagne le projet d’édition du « Sefer ha-shorashim » de David Qimḥi (c.1160 – c.1235), qui présente, dans l’ordre alphabétique, les racines permettant de regrouper commodément tous les mots de l’hébreu biblique. C’est un instrument indispensable à la compréhension du texte sacré, dans les communautés juives à l’époque médiévale, puis chez les humanistes chrétiens dès les prémices de la Renaissance. Bien que conservé dans près de 80 manuscrits hébreux, auxquels s’ajoutent plus de 150 fragments (de 1 à 70 folios) cotés dans l’ensemble des bibliothèques – ce qui témoigne d’une très large diffusion dans les centres juifs, au cours du Moyen Âge –, édité huit fois entre 1469 et 1546, le Sefer ha-shorashim n’a pas fait l’objet d’édition critique.

Le projet vise à mieux cerner la transmission et l’impact de cet ouvrage qui a façonné la compréhension littérale de la Bible, tant chez les juifs que chez les chrétiens, et ce jusqu’au XIXe siècle. Trois axes éditoriaux sont envisagés : l’édition critique du texte original à partir des manuscrits les plus fiables avec, en regard, l’édition de la traduction latine faite par (ou pour) Gilles de Viterbe et conservée à la bibliothèque Angélique à Rome (Ms 3) ; le devenir et la postérité du texte dans les sources juives et chrétiennes et un travail plus spécifique autour des éléments exogènes au texte hébreu, les gloses vernaculaires. Au-delà de ces éditions électroniques, ce projet se veut une contribution à l’histoire de la lexicographie et à l’histoire des textes en permettant un dialogue informatique entre les leçons des manuscrits, hébreux et latins, et les premières éditions.