Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance

Pic de la Mirandole
Gilles de Viterbe

En 1486 ou au plus tôt, fin 1485, Jean Pic de la Mirandole engagea Guglielmo Raimondo Moncada alias Flavius Mithridate (comme il aimait se faire appeler) comme traducteur de l’hébreu. Mithridate, juif sicilien converti, avait dû fuir en Allemagne après avoir passé quelques années à Rome à la cour de Sixte IV, avant de rentrer en Italie, à Florence, en 1485. Il traduisit pour Pic de la Mirandole un grand nombre d’ouvrages, parmi lesquels de nombreux textes cabalistiques. Ses traductions étaient très littérales, mais elles contenaient aussi des gloses explicatives, en fonction de l’humeur du traducteur. Esprit flamboyant, doué d’une grande maîtrise de l’hébreu et bon connaisseur du latin, Mithridate était capable de produire des traductions de qualité, dès le premier jet presque sans ratures, et il ne semble pas qu’il y ait eu de premières ébauches. C’est donc à partir des manuscrits rédigés par Mithridate lui-même (aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Vaticane) que Pic de la Mirandole menait ses recherches sur la littérature cabalistique. Continuer la lecture de « Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance »