Worskhop RACINES 2021: Aux racines des dictionnaires de l’hébreu. Traduire, transcrire, transmettre

Achevé en 1210, le Sefer ha-Shorashim est l’aboutissement du travail de plusieurs générations de grammairiens et lexicographes de l’hébreu biblique. Il est dès lors devenu un outil indispensable pour accéder à la Bible et à son interprétation, aussi bien pour les Juifs que pour les Chrétiens. Cette journée d’étude vise à explorer les traditions qui ont contribué à sa rédaction et à mettre en lumière son influence au Moyen Âge et à la Renaissance.

A note on the Biesenthal and Lebrecht edition

The most recent edition of Sefer ha-shorashim was published by Johann Heinrich Biesenthal and Fuerchtegott Lebrecht in Berlin in 1847. I shall henceforth refer to it as the BL edition. In a brief introduction to their work, the editors announce that they used the Naples edition from 1490 and three different manuscripts (p. 444) – a Spanish codex, a German codex (both of which then belonged to the Hebrew bibliographer Heimann J. Michael in Hamburg), and a third manuscript from the University Library in Jena (manuscriptum jenense quod ex illa bibliotheca summa cum liberalitate ad tempus mihi concessum est). Although Biesenthal and Lebrecht do not explicitly mention it, they also consulted early printings. Indeed, as I shall demonstrate below, their edition is mostly based on the second and third Venetian editions, that is the Bomberg revised edition (1546) and the Giustiniani edition, which also contains linguistics notes by Elijah Levita. Continuer la lecture de « A note on the Biesenthal and Lebrecht edition »

Dictionnaires de l’hébreu biblique au Moyen Âge et à la Renaissance, introduction au projet RACINES

De quels manuels disposait-on pour étudier la Bible hébraïque au Moyen Âge ? Existaient-ils des dictionnaires pouvant aider les débutants à comprendre le texte sacré alors que l’hébreu n’était plus parlé depuis près de mille ans ?

Plusieurs de ces ouvrages nous sont parvenus mais il en est un qui connut un grand succès, le Sefer ha-shorashim de David Qimḥi (Narbonne, 1210). Copié maintes fois durant le Moyen Âge, il a été traduit et adapté en latin à l’aube du XVIe siècle par des hébraïsants chrétiens, devenant ainsi un outil essentiel du dialogue entre les cultures juive et chrétienne, jusqu’à la période contemporaine. Le texte hébreu n’a jamais fait l’objet d’une édition critique et la traduction latine humaniste a sombré dans l’oubli.

Continuer la lecture de « Dictionnaires de l’hébreu biblique au Moyen Âge et à la Renaissance, introduction au projet RACINES »

Présentation du projet

fin_de_la_lettre_bet_reduit-f1e3b
Padoue, Biblioteca del Seminario Vescovile Ebr. 210

Ce carnet de recherche accompagne le projet ANR Racines dont l’axe principal est l’édition électronique bilingue du « Sefer ha-shorashim » de David Qimḥi (c.1160 – c.1235), qui présente, dans l’ordre alphabétique, les racines permettant de regrouper commodément tous les mots de l’hébreu biblique. C’est un instrument indispensable à la compréhension du texte sacré, dans les communautés juives à l’époque médiévale, puis chez les humanistes chrétiens dès les prémices de la Renaissance. Bien que conservé dans près de 80 manuscrits hébreux, auxquels s’ajoutent plus de 150 fragments (de 1 à 70 folios) cotés dans l’ensemble des bibliothèques – ce qui témoigne d’une très large diffusion dans les centres juifs, au cours du Moyen Âge –, édité huit fois entre 1469 et 1546, le Sefer ha-shorashim n’a pas fait l’objet d’édition critique. Continuer la lecture de « Présentation du projet »