Des copies du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim attestées à Istamboul et en Crète au XVIe siècle

  La grande diffusion du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim, tant parmi les juifs que parmi les hébraïsants chrétiens, est bien attestée dans la littérature juive et non juive à partir de l’époque médiévale. Il nous manque, cependant, le recensement des exemplaires mentionnés dans les listes de livres et dans les notes de vente qui nous sont parvenues. C’est ce que je me propose de faire ici en débutant par les exemplaires attestés à Istamboul et en Crète au XVIe siècle.

Achille de Harlay de Sancy, qui fut ambassadeur de France à la Porte Ottomane de 1611 à 1619, commença l’apprentissage de l’hébreu pendant son séjour stambouliote. En rentrant à Paris, il fit don des 207 manuscrits hébreux qu’il possédait, à la Bibliothèque de l’Oratoire. En 1796, tous les manuscrits de la Bibliothèque de l’Oratoire, y compris ceux qui avaient appartenu à Achille de Sancy, furent confisqués et déposés à la Bibliothèque Impériale. Continuer la lecture de « Des copies du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim attestées à Istamboul et en Crète au XVIe siècle »

Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance

Pic de la Mirandole
Gilles de Viterbe

En 1486 ou au plus tôt, fin 1485, Jean Pic de la Mirandole engagea Guglielmo Raimondo Moncada alias Flavius Mithridate (comme il aimait se faire appeler) comme traducteur de l’hébreu. Mithridate, juif sicilien converti, avait dû fuir en Allemagne après avoir passé quelques années à Rome à la cour de Sixte IV, avant de rentrer en Italie, à Florence, en 1485. Il traduisit pour Pic de la Mirandole un grand nombre d’ouvrages, parmi lesquels de nombreux textes cabalistiques. Ses traductions étaient très littérales, mais elles contenaient aussi des gloses explicatives, en fonction de l’humeur du traducteur. Esprit flamboyant, doué d’une grande maîtrise de l’hébreu et bon connaisseur du latin, Mithridate était capable de produire des traductions de qualité, dès le premier jet presque sans ratures, et il ne semble pas qu’il y ait eu de premières ébauches. C’est donc à partir des manuscrits rédigés par Mithridate lui-même (aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Vaticane) que Pic de la Mirandole menait ses recherches sur la littérature cabalistique. Continuer la lecture de « Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance »

Les manuscrits latins du Sefer ha-shorashim

Rome, Bibliotheca Angelica, ms. 3.

Peu avant 1517, Gilles de Viterbe (1469-1532) engagea – en y contribuant peut-être – la traduction en latin du Sefer ha-shorashim. Bien qu’il s’agisse de la seconde partie du Sefer mikhlol, composé par le grammairien et commentateur biblique David Qimḥi (1160-1235), le Sefer ha-shorashim a connu une grande notoriété au Moyen Âge et à la Renaissance comme ouvrage indépendant1.

Continuer la lecture de « Les manuscrits latins du Sefer ha-shorashim »
  1. Campanini 2016; Kogel 2015; Kogel 2016. []