À propos du ms 236 de St Andrews : notes d’un carnet de voyage

 

Fondée en 1413, St Andrews est la troisième université la plus ancienne du Royaume Uni (après Oxford et Cambridge). La ville est très jolie mais comme elle est célèbre pour être « the home of golf » (il y a six-cent ans, le « Old Course » aurait été le premier terrain où l’on a exerçé le noble art pratiqué par Tiger Woods), les logements ne sont pas bon marché, et trouver un hôtel à un prix abordable est impossible. Ceci est d’autant plus vrai durant la période du « Graduation time », où les parents des étudiants envahissent la ville.

La bibliothèque de l’Université de St Andrews possède une des deux copies de la traduction latine du Sefer ha-šorašim de David Kimchi commanditée par Gilles de Viterbe. Il s’agit du ms. 236 contenant l’exemplaire d’usage de cette traduction, conçu par Gilles de Viterbe comme un outil visant à permettre à ses confrères d’apprendre la langue hébraïque (à une époque où aucun dictionnaire hébreu-latin n’existait encore).

Le but de ma mission : enquêter sur l’histoire de ce manuscrit – qui ne porte aucune marque de possession ni aucune trace de transmission de propriété. Comment est-il arrivé à St Andrews ?

Trois éléments – bon à savoir pour ceux qui entendent s’y rendre pour travailler – posent de fortes limitations au succès d’une recherche de courte période à la bibliothèque de St Andrews :

  1. les horaires (la bibliothèque est ouverte du mardi au jeudi de 10h à 16h) ;
  2. la conservation des livres qui se trouvent tous dans un dépôt éloigné de la bibliothèque, ce qui implique que les livres réservés ne sont disponibles que le lendemain ou le surlendemain ;
  3. le fait que, comme je l’apprendrai plus tard, une partie (que je ne peux pas quantifier) des livres anciens imprimés ne figure pas dans le catalogue en ligne.

En outre, les côtes anciennes ne sont pas indiquées dans le catalogue en ligne : aussi l’ancien catalogue et le catalogue en ligne ne communiquent pas, et repérer un manuscrit ou un imprimé ancien dans le catalogue en ligne à partir de l’ancien catalogue est fort pénible – et parfois tout à fait impossible.

Par contre, tous.tes les bibliothécaires et Madame la conservatrice sont extrêmement gentil.le.s et disponibles. Je tiens donc à remercier ici Steven Martin, Julie Greenhill, Britta Funck-Januschke, Elizabeth Henderson (conservatrice) et Moira Thaddeus.

Je pénètre pour la première fois dans la bibliothèque de St Andrews le matin du 28 juin pour découvrir qu’il n’existe pas de catalogue des manuscrits possédés par la bibliothèque et ayant été copié en 1519, notre manuscrit n’a pas été inclus dans Medieval manuscripts in the British libraries, édité par N. R. Ker et A. J. Piper.

Le seul outil dont je dispose à mon arrivée est donc le Catalogus librorum in Bibliotheca Universitatis Andreanae secundum literarum ordinem dispositus, imprimé en 1826. Il s’agit d’un catalogue soigné mais très laconique. La plus grande partie des livres possédés par la bibliothèque sont des imprimés. Organisées par auteur, les notices n’incluent que le titre de l’ouvrage, le lieu et l’année d’impression (pour les imprimés), ainsi que l’ancienne cote. Enregistré sous le nom « Chimhi sive Kimchi (R. David) », notre manuscrit est décrit de la façon suivante : « Liber radicum, seu dictionarium Hebraicum, accurante Francisco Aegidio Viterbiensi eremita. MS 4to. 1519. CC. 8. 43. ».

D’après l’ancien catalogue, la bibliothèque possède un nombre remarquable de dictionnaires et grammaires de l’hébreu imprimés au seizième siècle. Le Thesaurus linguae sanctae de Sante Pagnini et le Dictionarium Hebraicum de Sebastian Münster sont présents en plusieurs exemplaires. On trouve aussi un exemplaire du Compendium Michlol de Rudolph Bayne imprimé à Paris en 1554 et plusieurs ouvrages édités par Élie Levita. La bibliothèque possède aussi quelques livres en hébreu imprimés au seizième siècle. Mais à cause des restrictions mentionnées plus haut, je n’arrive à consulter que l’exemplaire du Commentaire de la Haggadah par Isaac ben Judah Abravanel, imprimé à Venise par Marco Antonio Giustiniani en 5305 (1544/45).

Bien que le ms. 236 ait été copié en Espagne, Gilles de Viterbe doit l’avoir rapporté à Rome à son retour. Parmi les bibliothèques les plus anciennes d’Écosse figurent celles de plusieurs évêques. Je me demande si on peut supposer que le ms. 236 ait été acheté à Rome par un évêque écossais de passage. En l’absence d’un catalogue détaillé, je décide de vérifier si, parmi les dictionnaires et les grammaires hébraïques conservés à St Andrews, il y aurait des exemplaires portant des marques de possession qui nous éclaireraient quant à l’identité du propriétaire du ms. 236.

La majorité de ces livres ne porte aucune trace d’usage, hormis quelques notes dans les marges de la liste des abréviations contenue dans l’Enchiridion expositionis vocabulorum… nuper editum per reverendum patrem magistrum Sanctem Pagninum Lucensem, Impensis reverendi patris fratris Thomae Strozii Florentini eiusdem ordinis, imprimé à Rome en 1523 (Ancienne côte : TT.2.25 = Classmark : TypIR.B23SE).

La bibliothèque possède un exemplaire du Tishby d’Élie Levita, imprimé à Isny en 1541[1]. Dans le frontispice une main peu habituée à écrire l’hébreu a copié le verset Prov 1,7, suivi d’une traduction en latin. À l’intérieur, une main plus tardive (dix-huitième siècle?) a traduit et transcrit quelques mots (e.g. אויר = ἀὴρ ; אטליא = “Italia” [p. 7] ; פרקמטיא = πραγματεία, [p. 183]).

Une marque de possession que je n’arrive pas à déchiffrer figure au bas du frontispice du Thesaurus linguae sanctae de Sante Pagnini imprimé à Lyon en 1529: « Robertus […(?)]ud » (Ancienne côte : FF.4.10 = Classmark : TypB29GP)[2].

Parmi les livres que j’ai pu consulter, le seul dictionnaire d’hébreu portant une marque de possession claire est le  ספר השרשים | עם נגזרים. Dictionarium Hebraicum de Sebastian Münster (ancienne côte : FF. 11. 10 = Classmark : TypSwB.B48FM) – ouvrage explicitement débitrice du Sefer ha-šorašim de Kimchi, imprimée à Bâle en 1548. Deux des trois feuillets de garde posterieurs de cet exemplaire portent le marque de possession d’Alexander Douglas (Alexandri Douglagii), professeur de l’université de Glasgow à partir de 1555[3].

Le 30 juin, dernier jour de mon séjour, je peux enfin consulter l’édition (imprimée en 1976 par R. V. Pringle)  du catalogue des livres possédés dans les années 1612-1613 par la Common Library de l’Académie de St Andrews, qui était à l’origine de la bibliothèque de l’université[4], qui m’apprend, qu’à cette époque-là, le ms. 236 n’avait pas encore été acquis par la bibliothèque. Dans cette liste d’ouvrages, figure un exemplaire du Thesaurus linguae sanctae de Sante Pagnini[5]. L’évêque Archibald Crawford (m. 1593) en possédait également un exemplaire (aujourd’hui à la Edinburgh University Library)[6], de même qu’une copie de la Bible hébraïque imprimé à Bâle en 1546 par Sebastian Münster, ce qui souligne son intérêt pour les langues sémitiques.

Mon avion décolle ce jour-là à 16h. Je quitte la bibliothèque à 12h. À l’aller, on m’avait conseillé de prendre une navette jusqu’à Edinburgh, puis le train jusqu’à Leuchars et finalement un bus de Leuchars à St Andrews. À la gare de St Andrews, on m’a recommandé un trajet beaucoup plus rapide (et moins cher), non indiqué dans les sites officiels : prendre le bus jusqu’à Ferrytoll ; là, changer de bus et en une demi-heure on arrive à l’aéroport. Je n’étais, je pense, pas loin des Falkland quand j’ai reçu un mail très aimable de la conservatrice, Madame Elizabeth Henderson, que j’avais contactée le jour précédent sur le conseil d’un des bibliothécaires. Dans son message, Madame Henderson me donnait les informations suivantes :

However, I believe from your email that your key question is about the provenance of msBS1158.H4D2C2 (ms236), and I’m delighted to tell you that I can answer that part at least. There is a record of its purchase by the University in 1820: ‘1820, June 3.- The meeting agreed to purchase Kimchi Lexicon Hebraicum, a  manuscript written in the year 1519, and the Burial service in Syriac. University Minutes, v. 13, p. 94.’ The quote is from a transcript of the Senatus minutes, but we can check it against the original record if that would be important for your research.

J’ignore si le manuscrit syriaque mentionné dans cette notice a la même origine que le ms. 236 et s’il présente quelques éléments pouvant nous éclairer sur l’origine des deux manuscrits. Pour conclure, on ignore encore où se trouvait le ms. 236 pendant les trois siècles qui séparent l’année 1519 de l’année 1820. En supposant que, une fois ramené à Rome par Gilles de Viterbe, le manuscrit ait été conservé d’abord dans un monastère, il est possible, vu la date d’acquisition, que le manuscrit ait été volé, puis mis en vente à la suite aux confiscations napoléoniennes.


[1] Opusculum re- /cens hebraicum a doctissi- / mo hebraeo Elia Levita Germano gramma- / tico elaboratum, cui titulum fecit תשבי id est, Thisbites / in quo 712 vocum quę sunt partim Hebraicę, Chaldaicae, / Arabicę, Gręcae et Latinae, quęque in Dictionariis non facile / inveniuntur: et a Rabbinis tamen Hebręorum in scri- / ptis suis passim usurpantur: origo, etymon et / verus usus docte ostenditur et explicatur / per Paulum Fagium, in gratiam / studiosorum linguae San- / ctae latinitate do- / natum, impressum Isnae in Algavia, Anno MDXXXXI. Dans le frontispice, la même main (dix-septième siècle?) trace l’ex libris suivant: “Ex libris Bibl. Univ. Andreanae”. Ancienne côte : R. 8. 20 = Classmark : TypGI.B41FE.

[2] אוצר לשון הקדש / Hoc est / Thesaurus / linguae sanctae / sive / Lexicon Hebraicum… / … authore Sancte Pagnino Lucensi…., Lugduni, Apud Antonium Gryphium, 1529.

[3] V. John Durkan – Anthony Ross (eds.), Early Scottish Libraries, John S. Burns, Glasgow 1961, p. 90 [Section II: Individual Owners], où il est indiqué comme le propriétaire dove è indicato come proprietario de Titelmans, Frans, O.F.M., Philosophiae naturalis paraphrases, Lyon. 1551, conservé à la Gray Library de aujourd’hui Haddington: « “Liber (alexandri douglas) studentis universitatis glasguensis”. (Badly cancelled and the reading is conjectural). Catalogue No. is 550 ».

[4] R. V. Pringle, ‘A revised transcript, with annotations, of the ‘Foundation List’ of 1612-13, Sources for Library History 1 (1976).

[5] Ivi, p. 4. Pringle suggère qu’il s’agit d’un exemplaire de l’édition imprimée à Lyon en 1529. Il s’agirait donc probablement de l’exemplaire mentionné ci-dessus (Ancienne côte : FF.4.10 = Classmark : TypB29GP).

[6] John Durkan and Anthony Ross (eds.), Early Scottish Libraries, John S. Burns, Glasgow 1961, pp. 84-85.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search