Compte-rendu du workshop Racines: Premiers bourgeons

À la veille de la mise en ligne du texte hébreu-latin du Sefer ha-shorashim – édition Biesenthal & Lebrecht et Ms (anciennement) Breslau 65 (Saraval 6) pour l’hébreu, manuscrits conservés à la bibliothèque Angelica et au St-Andrews College pour le latin – l’ensemble des participants à l’édition numérique s’est réuni pour établir un premier bilan et parler de l’avenir du projet, plus particulièrement des pistes de recherche qui se sont fait jour au cours de cette étape éditoriale.

Silvia NEGRI a rappelé les premiers pas sur Oxygen. Il a fallu, tout d’abord, faire des choix concernant les témoins à inclure dans l’édition numérique. Nous avons opté pour l’édition imprimée de Biesenthal et Lebrecht (Berlin, 1847) et le manuscrit de Saraval (MS Saraval 6 de la Wrocław University Library, daté 1301). L’outil choisi a également fait objet de délibérations et a nécessité la collaboration et les conseils d’une spécialiste de l’édition numérique : Emmanuelle KHURY qui nous accompagne pour tous les aspects IT. Nous avons ensuite dû surmonter plusieurs difficultés techniques : la lenteur du logiciel Oxygen (XML-TEI) en raison des caractères hébreux (d’où la nécessité de couper les fichiers en petites unités), les erreurs dues à l’OCRisation du texte imprimé (d’où la nécessité de vérifier le texte) et les choix philologiques que nous étions amenés à faire pendant cette étape.

Anamarija VARGOVIC a ensuite évoqué les circonstances qui ont permis d’identifier des éléments prometteurs pour l’histoire et la transmission du Sefer ha-Shorashim : les variantes bibliques dans les manuscrits. En collationnant l’édition de Berlin avec le manuscrit de Saraval, nous nous sommes rendu compte qu’un certain nombre de divergences entre les deux textes étaient dues à la présence de variantes bibliques par rapport au texte dit massorétique. Ce travail nous a amené à comparer d’autres manuscrits du Sefer ha-Shorashim à celui de Saraval. Anamarija a donc examiné quelques variantes, qui ont également été relevées par Kennicott, dans 33 manuscrits du Sefer ha-Shorashim, choisis en fonction de leur datation et provenance et qui, à notre avis, appartiennent à des familles ou groupes de manuscrits différents. A terme, ce travail nous permettra de mieux établir les liens entre le Sefer ha-Shorashim et les manuscrits bibliques médiévaux, d’identifier les variantes ou corrections qui ont été intégrées dans les différents témoins du dictionnaire, la version du texte biblique utilisée par l’auteur David Qimḥi et de mieux comprendre comment le texte a été établi.

Yasmin ZAINAEV a ensuite présenté un autre aspect de la recherche dans le cadre du projet ANR – RACINES : le relevé à des fins comparatistes des gloses provençales disséminées dans les différents manuscrits du Sefer ha-Shorashim. En partant d’un document word, établi par Judith Kogel, où était répertoriée la totalité des gloses provençales avec leurs variantes recueillies dans une vingtaine de manuscrits, Yasmina transformé le texte en format XML à l’aide d’une feuille de style conçue par Emmanuelle Khury à cet effet. Dans un deuxième temps elle s’est attachée à la vérification et à la correction des gloses afin d’éviter les erreurs. Dans un troisième temps, elle poursuit le relevé des gloses en examinant d’autre manuscrits pour compléter la liste ainsi établie.

Marta FUSARO a consacré son exposé à la traduction latine du Sefer ha-Shorashim contenue dans le ms. Or V de Merton College. Elle a présenté la note de possesseur inscrite sur le codex par Henry Savile (1549-1622), grand érudit, directeur du Merton College à partir de 1585, et membre de la Second Oxford Company, c’est-à-dire la deuxième équipe chargée de rédiger la King James Bible. Puis, Marta a décrit le milieu intellectuel dans lequel Henry Savile évoluait, c’est-à-dire des savants intéressés par la culture juive et désireux de lire l’Ancien Testament en Hébreu. Marta a brièvement décrit la traduction contenue dans le Ms du Merton College, une traduction incomplète dont seul le dernier volume nous est parvenu. Elle a aussi confirmé que l’édition de Naples, 1490 a servi de support à cette traduction qui ne semble pas avoir été influencée par celle de Gilles de Viterbe.

Giacomo CORRAZOL qui a fait l’édition numérique du Liber Radicum, traduction littérale du Sefer ha-shorashim effectuée pour Gilles de Viterbe, a rappelé qu’elle s’insérait dans la tradition des traductions calques à des fins pédagogiques, en vogue parmi les humanistes.  Elle reflète également le contexte des études juives du début du seizième siècle, quand les hébraïsants chrétiens ne disposaient pas encore de glossaire bilingue hébreu-latin. Giacomo CORRAZOL a dès lors suggéré que cette traduction voulait poser les bases pour la création d’instruments de travail lexicographiques.

Judith KOGEL a conclu en poursuivant les travaux sur les gloses et les variantes bibliques pour les différentes éditions. Elle a rappelé qu’en examinant les manuscrits du Sefer ha-shorashim, il avait rapidement été possible d’isoler un groupe de témoins présentant deux caractéristiques principales : de nombreuses omissions occasionnées par la similitude à peu de distance de mots analogues (saut du même au même) et l’absence de courtes remarques d’ordre grammatical. À cela, il faut ajouter que l’on retrouve dans un grand nombre de ces manuscrits des versets bibliques comportant des variantes déjà relevées par Kennicott. Qu’en est-il des éditions ? Ont-elles été établies en se fondant sur un ou plusieurs manuscrits ? Peut-on parler de correction par les éditeurs ? Est-il possible d’établir un lien de filiation entre les éditions ? Voici quelques questions auxquelles nous espérons donner des éléments de réponse en poursuivant nos recherches dans les trois directions que nous venons d’évoquer.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search