Des copies du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim attestées à Istamboul et en Crète au XVIe siècle

  La grande diffusion du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim, tant parmi les juifs que parmi les hébraïsants chrétiens, est bien attestée dans la littérature juive et non juive à partir de l’époque médiévale. Il nous manque, cependant, le recensement des exemplaires mentionnés dans les listes de livres et dans les notes de vente qui nous sont parvenues. C’est ce que je me propose de faire ici en débutant par les exemplaires attestés à Istamboul et en Crète au XVIe siècle.

Achille de Harlay de Sancy, qui fut ambassadeur de France à la Porte Ottomane de 1611 à 1619, commença l’apprentissage de l’hébreu pendant son séjour stambouliote. En rentrant à Paris, il fit don des 207 manuscrits hébreux qu’il possédait, à la Bibliothèque de l’Oratoire. En 1796, tous les manuscrits de la Bibliothèque de l’Oratoire, y compris ceux qui avaient appartenu à Achille de Sancy, furent confisqués et déposés à la Bibliothèque Impériale.

Il m’a été possible de repérer deux listes de livres, une dans le manuscrit Hébreu 1053 et l’autre dans Hébreu 1161. Le manuscrit hébreu 1053, qui est un recueil de textes sur l’astrolabe, contient une copie de l’ouvrage du savant stambouliote Mordekhai ben Eli‘ezer Khomatiano (1402-1482), Tiqqun kelei ha-neḥoshet « À propos de la construction des astrolabes ». Il est fort probable que ce manuscrit a été copié dans la capitale ottomane et que c’est là qu’Harlay de Sancy l’acheta. Au verso du deuxième feuillet de garde, figure la liste de livres suivante (inédite jusqu’ici):

:נתתי לר׳ אהרן הערבי \ שמוכר הספרים י״ד לאלול סהר״ה
ישעיה וירמיה ומשלה – נמכר
שרשים דפוס – נמכר
תילים דפוס
שרשים מקלפים
כונות אלבלאג ומרכבה ומוטוט
ראשון ורביעי לאבן סינא
14 Elul 5270. J’ai donné à R. Aharon ha-‘Aravi, / vendeur de livres, [les livres suivants]:
Isaïe, Jérémie, Proverbes – vendu
Shorashim imprimé – vendu
Psaumes, imprimé
Shorashim sur parchemin
Les Intentions des philosophes [de Al-Ghazâlî traduit] par Albalag, la Merkavah et le Motot
Le premier et le quatrième livre [du Canon] d’Avicenne

Le 14 Elul 5270, soit le 20 août 1510, l’auteur de la liste nota, dans un des manuscrits qu’il possédait, les six livres qu’il avait confiés à Aharon ha-‘Aravi pour qu’il les vendît, quatre manuscrits et deux imprimés. Outre deux volumes contenant des livres bibliques, il détenait un manuscrit de médecine contenant le premier et le quatrième livre du Canon d’Avicenne et un manuscrit contenant, entres autres choses, la traduction des Kawwanot ha-filosofim de Al-Ghazali traduit par Isaac Albalag. Dans cette liste, figurent également deux exemplaires du Sefer ha-shorashim – un exemplaire imprimé (déjà vendu) et un exemplaire sur parchemin et donc probablement manuscrit. La première édition du Sefer ha-shorashim produite à Istamboul fut imprimée par David Ibn Nahmias en 5273 [1512/13], deux à trois ans après la rédaction de la note figurant dans Hébreu 1053. De quelle édition s’agissait-t-il donc? Le 30 juillet 1498, à Istamboul, David ben Eliyyah Messer Leon, qui s’était enfuit de Naples à l’arrivée de Charles VIII, vendait à Kaleb ben Eliyyah Afendopulo la copie des Milḥamot ha-Shem de Levi ben Gershon correspondant au ms. Hébreu 724 de la Bibliothèque nationale de France. Il est possible que David Messer Leon ait emporté d’autres ouvrages de Naples et que le Sefer ha-shorashim vendu par Aharon ha-‘Aravi en 1510 soit un exemplaire imprimé à Naples en 1490 ou 1491.

Le ms Hébreu 1161 est un manuscrit en écriture séfarade. Sur le feuillet de garde numeroté Fr on trouve l’inventaire des livres qui se trouvaient dans la maison de Rachel Bakinigo(?) [בקיניגו]1 le 1 Nisan 5332, c’est-à-dire le 15 mars 1572. Cet inventaire a été publié en 1964 par Georges Vajda. On y retrouve encore une fois un ouvrage de Mordekhai Khomatiano – à savoir une copie manuscrite de son Commentaire du Pentateuque mais il n’y a aucune trace du Sefer ha-Shorashim.

Le ms Vat. ebr. 72 de la Bibliothèque Vaticane contient une copie du Perush ha-millim ha-qashot bi-Nevi’im u-Ketuvim « Commentaire des mots difficiles dans les Prophètes et les Hagiographes » rédigé par Shelomoh ben Avraham Farchon. Au f. 3v, figure la note d’achat suivante (déjà relevée par Umberto Cassuto dans son catalogue des manuscrits hébreux 1-115 de la Bibliothèque vaticane):

י"ב תמוז הרע"ז
קניין כספי וזהבי אשר קניתיו יחד עם ספר מכלל של רבי דוד קמחי ז"ל ע"י ר' יודא ן' נחמי במרצ"ל ה' ממעותי נאם אליהו בהנ"ר אלקנה קפשאלי
Le 12 Tammuz 5277 [2 juillet 1517]
Ceci est ma propriété. Je l’ai acheté, ainsi qu’une copie du Sefer Mikhlol de Rabbi David Qimḥi, que son souvenir soit source de bénédiction, à Rabbi Yuda ibn Naḥmi ce manuscrit pour la somme de 5 marcelli m’appartenant. Paroles d’Élie, fils d’Elqanah Capsali.

Élie Capsali, qui devait devenir la principale autorité rabbinique de Candie, était âgé de 26 ans environ à cette époque. Un an plus tard, il entreprit la rédaction de son premier ouvrage – la Chronique de Venise. Il ne paraît donc pas surprenant qu’il ait cherché à consolider ses connaissances grammaticales et lexicales en acquérant une copie du Mikhlol de Rabbi David Qimḥi.

Un exemplaire du Mikhlol copié à Candie est conservé dans le Cod. Parm. 2286 (De Rossi 861) de la Bibliothèque Palatine de Parme. Avshalom ben Yehudah (f. 224v) en acheva la copie en septembre 1395. Avshalom ne mentionne pas la ville où il l’a copié dans le colophon de ce manuscrit. En revanche, il est aussi le copiste du ms 2847 de la Bibliothèque Casanatense, achevé fin juillet 1395, à Candie (f. 105v).

Le ms F.12.130 (Loewe 89) du Trinity College de Cambridge contient aussi une copie du Mikhlol en écriture byzantine, copié par Yiśra’el ben Avraham Lago pour Yosef ben Shemu’el Portogaleś et achevé le 18 Siwan 5194, soit le 26 mai 1434. Si le nom de famille Lago est bien attesté en Crète, nous savons que quinze ans plus tard, Yiśra’el Lago se trouvait à Jérusalem, où il mena à bien la copie du Sefer ha-nitsaḥon de Yom Tov Lippman Mülhausen, conservée dans le ms Hébreu 735 de la BNF. On ne peut donc pas être sûr du lieu de production de ce manuscrit.

Bibliographie :

Cassuto, Codices Vaticani Hebraici: codices 1-115, Biblioteca Apostolica Vaticana, Città del Vaticano 1956.

Corazzol, « Manoscritti ebraici di provenienza istambuliota alla Bibliothèque nationale de France », à paraître dans la Revue des études juives.

G. Vajda, « Une liste de livres de 1572 », Revue des études juives 123 (1964), p. 131-139.

Citer cet article : Giacomo Corazzol, «Des copies du Mikhlol et du Sefer ha-shorashim attestées à Istamboul et en Crète au XVIe siècle», dans Liber radicum, Sefer ha-shorashim, 09/06/2020, https://shorashim.hypotheses.org/437.
  1. Vajda suppose que קיניגו est un toponyme. À mon avis, בקיניגו est un patronyme, nom de naissance ou d’épouse de la femme. Il n’y a pas d’autre attestation et je n’en connais pas l’origine. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.