Les autographes du Meturgeman d’Élie Lévita

En 1515, Elie Lévita (1469-1549) s’installe à Rome. Invité par Gilles de Viterbe (1469-1532) en tant que spécialiste de grammaire et de langue hébraïques, Lévita demeure sous l’aile protectrice de son patron jusqu’en 1527[1].

Ce n’est qu’à la fin de ces années romaines que Lévita entreprend la rédaction du Meturgeman (Le Traducteur)[2], un thesaurus des racines araméennes provenant des targumin (traductions araméennes) de la Bible. L’agencement de cet ouvrage lexicographique majeure est clairement inspiré par le Sefer ha-Shorashim de l’exégète et grammairien juif provençal David ben Joseph Qimḥi (1105-1170). Il poursuit son entreprise lexicographique, avec la publication, en 1541, du Tishbi, un lexique hébraïque qui entend compléter le Sefer ha-Shorashim. Pour Lévita, Qimḥi n’est pas seulement une source d’inspiration, c’est un véritable modèle.

L’intérêt de Lévita pour la lexicographie de Qimḥi resta d’ailleurs constant tout au long de sa carrière. Parmi les plus anciens témoignages, son écriture ashkénaze, rapide et informelle, est reconnaissable dans les marges d’un incunable du Sefer ha-Shorashim imprimé à Naples en 1490 (Vienna, Österreichische Nationalbibliothek, Inc. K. 25 F, 2). En 1546, Lévita intègre ses nimuqim (explications) à l’édition vénitienne de ce livre, parue chez Giustiniani (1547), tandis que l’édition Bomberg du Sefer ha-Shorashim, que Lévita édite encore à Venise en 1546, reste jusqu’à nos jours la plus célèbre.

Un autre travail lexicographique fut longtemps au centre de l’attention de Lévita : le ‘Arukh, dictionnaire talmudique et midrashique de Nathan ben Yeḥiel de Rome (1035-1106). Il s’agit du seul lexique araméen précédant le Meturgeman. Des notes personnelles de Lévita alternent avec les commentaires de Gilles de Viterbe sur les marges de la copie du ‘Arukh conservée à la Bibliothèque Angelica, à Rome (Inc. 872).

L’introduction du Meturgeman

C’est en dialogue avec ces classiques de la lexicographie juive, que Lévita organise son Meturgeman. La Bibliothèque Angelica à Rome héberge la copie autographe complète de l’ouvrage (ms Or. 84) dédicacée à Gilles de Viterbe. Le texte est précédé d’une introduction de l’auteur qui diffère de l’introduction du Meturgeman imprimé à Isny en 1541 pour les types de Paulus Fagius (1504-1509). Cette introduction manuscrite nous renseigne sur plusieurs aspects de la structure du texte et de son histoire, ainsi que sur la manière dont Lévita concevait le travail lexicographique. Contrairement à l’ouvrage de N. ben Yeḥiel, qui réunit les mots présents dans le Talmud, les midrashim et la littérature rabbinique plus tardive, les entrées du Meturgeman reprennent les racines bibliques du Sefer ha-Shorashim. Chaque racine est rangée alphabétiquement et suivie d’exemples de son emploi en tant que verbe, nom et adjectif ; dans cette structure, chaque entrée intègre les paraphrases araméennes correspondantes[3]. Lévita choisit de ne présenter que les mots araméens qui figurent dans les targumim d’Onkelos, de Yonatan et le Yerushalmi. Les exemples en hébreu provenant de la Bible sont suivis de la paraphrase du Targum, ce qui constituent déjà une forme d’exégèse. Lévita souligne, cependant, ne pas avoir totalement suivi l’organisation qimḥienne des matériaux : pour l’agencement des racines, il se fonde sur la structure du ‘Arukh et propose des sous-entrées pour chaque acception et signification des différents lemmes du dictionnaire.

C’est aussi dans cette introduction que Lévita retrace, pour la première fois, l’histoire de la transmission des targumim, en clarifiant la complexité de leur tradition par rapport à celle de la Bible[4]. Il est probable que Gilles de Viterbe avait mis à la disposition de son maitre d’hébreu plusieurs copies des targumim, dont seuls quelques exemplaires nous sont parvenus.

Dans la partie finale de l’introduction, Lévita raconte les raisons pour lesquelles il a tardé à remettre le Meturgeman : son travail de rédaction fut interrompu lors du sac de Rome en 1527. Lévita écrit : « la ville de Rome a été prise et pillée, tous mes livres ont été volés ; j’avais déjà composé une bonne moitié du Meturgeman, toutefois, à cause du pillage, ne me sont restés que quelques cahiers et peu de pages »[5].

Lévita quitte Rome, après le sac, et ce n’est qu’à Venise où il est employé comme correcteur par Daniel Bomberg, qu’il en reprend la rédaction. À Venise, Lévita participe à l’édition du premier Sefer ha-Shorashim publié par Bomberg (1529) et en 1532, il contribue à l’édition Bomberg du ‘Arukh : voilà le contexte vénitien dans lequel il termine la rédaction du Meturgeman. Le colophon du manuscrit de la Bibliothèque Angelica date du 10 Tishri 5290 (1529), tandis que l’introduction, écrite plus tard, date du début du mois de Shevat 5291/1531. L’exemplaire est ensuite envoyé à Rome pour devenir une partie intégrante de la Bibliothèque de Gilles de Viterbe.

La mise en texte

Les sections du manuscrit Or. 84 sont rangées suivant l’ordre alphabétique des racines. Les incipits de chaque racine et les formules de clôture des sections sont copiées dans un format plus grand que le reste du texte et sont souvent décorés ou soulignées avec des motifs rouges. Dans les citations bibliques, la vocalisation est tracée à l’encre grise et les références bibliques des passages mentionnés sont notées – dans la marge droite – en caractères latins (en minuscule humanistique). On note des ressemblances avec la copie de la traduction latine du Sefer ha-Shorashim, le Liber Radicum (réalisée pour Gilles de Viterbe), conservée à la Bibliothèque St. Andrews (Scotland, St. Andrews University Library, Ms BS 1158 H4 D2 C2) : les couleurs marron et rouge marquent les parties du texte ; les références bibliques sont copiées dans les marges ; des notes de la main de Gilles de Viterbe figurent sur plusieurs pages.

Comme indiqué dans son introduction, le Meturgeman de la Bibliothèque Angelica n’est pas la version originale du texte, mais il s’agit d’une deuxième rédaction. Est-il possible que les cahiers comportant la première version du Meturgeman aient survécu au sac de Rome ? Où pourraient-ils se trouver ? Nous ne le savons pas. Il existe, cependant, comme nous l’avons récemment identifié (Abate 2016), un deuxième autographe du Meturgeman qui se trouve à Paris, à la Bibliothèque nationale de France (ms héb. 98/2). La mise en texte de ce manuscrit rappelle de très près celle du Meturgeman de la Bibliothèque Angelica et celle de la copie du Liber Radicum de la Bibliothèque St. Andrews : tous les trois exemplaires utilisent de l’encre marron et des motifs rouge, les formules de conclusion des racines sont dans une police de caractère plus grande, comme dans l’exemplaire de l’Angelica, et plus encore, les références bibliques sont indiquées en minuscule humanistique dans les marges de droite ; en revanche, la traductions des lemmes en latin figurent dans les marges de gauche, un élément absent de l’exemplaire de l’Angelica. L’exemplaire de la BNF ne contient pas de notes marginales de Gilles de Viterbe, ni d’autres traces de son écriture ; le manuscrit est incomplet, il manque l’introduction et la liste des racines s’arrête à la lettre dalet

L’exemplaire de Paris, peut-il être considéré comme le stade initial de la rédaction du Meturgeman ? Serait-il une première ébauche précédant la forme représentée par le manuscrit de l’Angelica ? On pourrait imaginer que cette copie n’a été jamais complétée, et qu’elle resta en forme de cahier avant d’être réunie à la première partie du ms. BNF 98/1.

Pour le moment, la question reste ouverte, tant que l’analyse et la mise en rapport des entrées des différents exemplaires du Meturgeman restent à faire. Toutefois, un premier examen des deux manuscrits (Angelica et BNF), suivi de leur comparaison avec l’édition publiée chez Paulus Fagius en 1541, semblent invalider cette hypothèse. Au vu des premiers résultats, la copie de la BNF serait plutôt un stade intermédiaire, entre la Vorlage plus étendue et développée de la copie conservée à l’Angelica, et la forme finale, plus concise, de l’édition d’Isny.

Racine אבב

Rome, Biblioteca Angelica,

Ms Or. 84, fol. 7r

Paris, BNF,

Ms Héb. 98/2, fol. 46r

Isny

1541

אבב אביב קלוי באש, אביב קלוי בנור, בחדש האביב, בירחא דאביבא, וכן בירח בול, בירחא מיסף איבבא, כי השעורה אביב, ארי שעריא אביבין. ותרגום של כתאנה ברשיתה, כתינתא דבאול מאבבא, איבא פרי האדמה, איבא דארעא, פרי תבואה, ותקח מפריו, ונסיבת מאיביה, וזה פריה, ודין איבה, ואכלו פרים, ואכלו איביהון, ענפיכם תתנו, איביכון תצלחו, ארץ נתנה יבולה, וארצנו תתן יבולה, תרויהון מתורגמים איבא, ושאר לישנא יבול ותבואה מתורגמים בלישנא עבור או עלתא עיין בשרשיהם, ובדניאל ואנביה שגיא, תמצא בשרש אנב

אבב כי השעורה אביב, ארי שעריא אביבין, אביב קלוי באש, אביב קלוי בנור, בחדש האביב, בירחא דאביבא, בירח בול, בירחא מיסף איבבא, כתאנה בראשיתה, כתינתא דבאול מאבבא, אבא מפרי האדמה, מאיבא דארעה, ותקח מפריו, ונסיבת מאיביה וזה פריה, ודין איבה, ואכלו פרים, ואיכלו איביהון, ענפיכם תתנו, איביכון תצלחו, אנביה שגיא, תמצא בשרש אנב

אבב אביב קלוי באש, אביב קלוי בנור, בחדש האביב, בירחא דאביבא, השעורה אביב, שועריא אביבין, ענין בכור ורשית וכן תרגום, של כתאינה ברשיתה, כתינתא באול מאבבא, אבל לשון פרי דמתרגם אבא תמצא בשרש אנב כי שם ביתו

Bibliographie

David ben Yosef Qimḥi, Sefer ha-Shorashim, Naples 1490, Venice 1529, 1546, 1547.

Elie Lévita, Sefer ha-Harkhavah, Rome, 1517 ;

Id., Bahur, Rome, 1518 ;

Id., Pirqe Eliahu, Rome, 1519 ;

Id., Meturgeman, Isny, 1541 ;

Id., Tishbi, Isny, 1541 ;

Natan ben Yeḥiel, Sefer Arukh, Rome 1469-72, Venice 1532.

Abate, E., « Les manuscrits hébreux de la Biblioteca Angelica à Rome : vers un nouveau catalogue », in J. Olszowy-Schlanger et N. De Lange (éds.), Manuscrits hébreux et arabes. Mélanges en l’honneur de Colette Sirat, Turnhout, Brepols, 2014, p. 354-356 ;

Ead., « Filologia e Qabbalah. La collezione ebraica di Egidio da Viterbo alla biblioteca Angelica di Roma », Archivio italiano per la storia della pietà 26 (2014), p. 413-451 ;

Ead., « Elias Levita the Lexicographer and the Legacy of Sefer ha-Shorashim » Sefarad 76 (2016), p. 289-312 ;

Campanini, S., « “Thou bearest not the root, but the root thee”. On the reception of the “Sefer ha-Shorashim” in Latin », Sefarad 76/2 (2016), pp. 313-331

Corazzol, G., « Sulla tradizione testuale della traduzione calco in latino del Sefer ha-Šorašim di Dawid Qimhi prodotta nel circolo di Egidio da Viterbo », Materia Giudaica 24 (2019), à paraître ;

Griño, R. « El Meturgeman de Elias Levita y el ‘Aruk de Natán ben Yehiel como fuentes de la lexicografia targúmica », Biblica 60.1 (1979), p.110-117 ;

Kogel, J., « Qimhi’s “Sefer ha-Shorashim” : A Didactic Tool », Sefarad 76 (2016), p. 231-250 ;

Le Déaut, R., « Jalons pour une histoire d’un manuscrit du Targum palestinien », Biblica 48 (1967), p. 509-533 ;

Shifra, S., « Medieval Jewish Greek lexicography: the Arukh of Natan ben Jehiel», Erytheia 30 (2009), p. 107-128.

Weil, G.E., Elie Lévita, humaniste et massorète, Leiden, Brill, 1963.

[1] Gilles de Viterbe était à l’époque général de l’ordre des Augustiniens, il fut ensuite élu cardinal en 1517. Voir G.E. Weil, Elie Lévita, humaniste et massorète, Leiden, Brill, 1963, p. 70-110.

[2] Après ses ouvrages grammaticaux – Bahur (Rome, 1518), Sefer ha-Harkhavah (Rome, 1517) et Pirqe Eliahu (Rome, 1519) – composés, par impulsion directe de Gilles de Viterbe – et la première recension de la concordance biblique Sefer ha-Zikronot (Paris, BNF, ms héb. 134-135), à la fin de cette époque dorée, déclenchant les études hébraïques à Rome, Lévita entreprend la rédaction du Meturgeman.

[3] L’introduction se trouve à Rome, Ang., ms Or. 84, ff. 2r-5r.

[4] Dans les cartes introductives du Meturgeman on peut lire aussi la célèbre critique de Lévita sur l’origine de la vocalisation, dans laquelle il affirme le caractère tardif de la ponctuation vocalique par rapport à l’antiquité des textes consonantiques. Il s’agit des thèmes fondamentaux, que nous n’avons pas le temps de considérer ici.

[5] Rome, Ang., ms Or. 84, f. 5r.

Citer cet article : eabate, «Les autographes du Meturgeman d’Élie Lévita», dans Liber radicum, Sefer ha-shorashim, 10/12/2019, https://shorashim.hypotheses.org/211.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.