Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance

Pic de la Mirandole
Gilles de Viterbe

En 1486 ou au plus tôt, fin 1485, Jean Pic de la Mirandole engagea Guglielmo Raimondo Moncada alias Flavius Mithridate (comme il aimait se faire appeler) comme traducteur de l’hébreu. Mithridate, juif sicilien converti, avait dû fuir en Allemagne après avoir passé quelques années à Rome à la cour de Sixte IV, avant de rentrer en Italie, à Florence, en 1485. Il traduisit pour Pic de la Mirandole un grand nombre d’ouvrages, parmi lesquels de nombreux textes cabalistiques. Ses traductions étaient très littérales, mais elles contenaient aussi des gloses explicatives, en fonction de l’humeur du traducteur. Esprit flamboyant, doué d’une grande maîtrise de l’hébreu et bon connaisseur du latin, Mithridate était capable de produire des traductions de qualité, dès le premier jet presque sans ratures, et il ne semble pas qu’il y ait eu de premières ébauches. C’est donc à partir des manuscrits rédigés par Mithridate lui-même (aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Vaticane) que Pic de la Mirandole menait ses recherches sur la littérature cabalistique.

Une trentaine d’années plus tard, suivant en cela l’exemple de Pic de la Mirandole, Gilles de Viterbe s’intéressa aux études hébraïques. Parmi les textes qu’il fit traduire, figure le Sefer ha-shorashim de David ben Josef Qimḥi. Une analyse philologique de cette traduction à partir des deux témoins conservés – le ms 3 de la Bibliothèque Angelica de Rome et le ms 248 de la Bibliothèque du Collège St Andrews en Écosse (voir article précédent) – montre qu’un même manuscrit, aujourd’hui disparu, a servi de modèle et que ce dernier était très certainement une copie fautive du manuscrit originel également perdu. L’existence d’un manuscrit source, différent de la traduction primordiale, évoque un processus de traduction plus complexe que celui qui était à la base des traductions de Mithridate.

L’hypothèse formulée par Emma Abate et Maurizio Mottolese à propos de certaines traductions de l’hébreu produites par ou pour Gilles, selon laquelle le texte hébreu fut d’abord traduit dans un dialecte italien du centre de l’Italie et que cette traduction servit de base à la rédaction de la version latine, explique peut-être la décision de copier ce texte à plusieurs reprises : il se pourrait que, même dans le cas de notre traduction, le texte ait d’abord été traduit en vernaculaire ; que la première version latine, fondée sur la version vernaculaire, ait été notée en marge et qu’une copie soignée ait été produite à partir de là. C’est probablement celle qui a servi de modèle aux deux témoins.

Toujours est-il que Gilles était conscient que l’acte de copier est générateur d’erreurs et, dans ce cas précis, le risque augmentait parce que les copistes ignoraient l’hébreu. C’est probablement la raison pour laquelle les témoins furent tous deux copiés à partir du même modèle. Et si le copiste du ms A note, dans le colophon, avoir copié les pages précédentes summa cum diligentia (f. 441v), c’est peut-être pour rassurer son commanditaire et indiquer qu’il avait respecté ses consignes.

Gilles de Viterbe a très certainement surestimé le manuscrit qui a servi de modèle aux deux témoins conservés. Afin de donner un aperçu des fautes dont l’origine remonte très certainement à ce manuscrit, je propose de comparer la traduction de la racine alef-waw-he (traduite par le latin desiderare) et le texte hébreu tel qu’il figure dans l’édition établie par Johann Heinrich Biesenthal et Fuerchtegott Lebrecht (Berlin 1847).

Certaines fautes sont clairement imputables au manque de connaissance en hébreu des copistes. Ainsi, le mot binyan, qui désigne les schèmes verbaux, est rendu une fois par bingna (sic, vraisemblablement pour bignan) et une autre par benigna.

De même, au début de la racine, là où l’on a dans le texte hébreu amar rabbi Yonah « Rabbi Yonah dit » – le texte latin propose Dixit etiam Iona. La traduction originelle n’avait certainement pas etiam mais « r. » ou « R. » (formes attestées ailleurs dans les deux manuscrits) pour rabbi et le copiste du modèle a probablement transformé une de ces formes en « et » ou « & », surmonté d’un signe d’abréviation. On retrouve un phénomène similaire quelques lignes plus loin : Et doctus in Iac. filius Eli. Ici, « in » est sans doute une mauvaise lecture de « r. ». De plus, alors que, dans le texte hébreu, on a le nom propre Eli‘ezer, Eli, qui figure dans la version latine, ne comporte pas de signe d’abréviation,

Plus loin encore, les deux témoins latins ont comme leçon, iot de rubi à la place de iot de *ruhi, c’est-à-dire : le yod [final] du [mot] ruḥi « mon esprit ». Si le copiste a mal lu ruhi, la graphie iot n’est cependant pas une erreur, puisque dans les deux manuscrits, la lettre dalet est toujours rendue par « t ».

On relève d’autres types de fautes plus courantes. Pour traduire le texte hébreu ve-khen atah, « Et ainsi, tu… », les deux manuscrits proposent Et si tu au lieu de Et sic tu. De même, les copistes ont noté pour ma’awaye raša‘ (Ps. 140.9) « les désirs du méchant », desideria imperii en place de desideria impii.

La phrase fortem invenit spiritum scriptum cum aleph, qui rend en latin la remarque de David Qimḥi ulay matsa’o katuv be-alef, comporte deux erreurs : fortem est certainement une leçon corrompue pour forte « peut-être » ; spiritum développe l’abréviation sp͡m, leçon probablement corrompue de ip͡m pour ipsum.

Il n’est pas toujours aisé de comprendre l’origine de la leçon fautive qui figure dans le manuscrit modèle. C’est le cas de la forme verbale be-hera’ot « en étant vu », logiquement rendue dans la racine betdaletalef, par in videri. Étonnamment, dans la racine alef-waw-he, qui est l’objet  de ce travail, au même mot correspond dum vester.

Ces constatations nous conduisent à réfléchir au texte de l’édition latine. Peut-on et doit-on tenter de reconstituer le texte par conjecture en comparant les deux témoins avec le texte hébreu (du moins pour toutes les fois où l’on peut exclure que le traducteur puisse s’être trompé) et donc traiter « le » texte hébreu comme un témoin?

Ce qui est certain, c’est que la comparaison entre l’entreprise engagée par Pic de la Mirandole et celle soutenue par Gilles de Viterbe prouve à quel point la compétence des collaborateurs, ainsi que leur nombre, pouvait affecter les résultats.

Citer cet article : Giacomo Corazzol, «Note sur la production des traductions de l’hébreu à la Renaissance», dans Liber radicum, Sefer ha-shorashim, 15/05/2019, https://shorashim.hypotheses.org/143.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.