Les manuscrits latins du Sefer ha-shorashim

Rome, Bibliotheca Angelica, ms. 3.

Peu avant 1517, Gilles de Viterbe (1469-1532) engagea – en y contribuant peut-être – la traduction en latin du Sefer ha-shorashim. Bien qu’il s’agisse de la seconde partie du Sefer mikhlol, composé par le grammairien et commentateur biblique David Qimḥi (1160-1235), le Sefer ha-shorashim a connu une grande notoriété au Moyen Âge et à la Renaissance comme ouvrage indépendant1.

La version latine comprend un court avant-propos (que l’on peut attribuer à Gilles de Viterbe), la traduction de l’introduction du Sefer ha-Shorashim, ainsi que celle du dictionnaire lui-même, suivis d’un index des termes latins employés dans la traduction. L’objectif de ce dernier était probablement de servir d’ébauche d’un dictionnaire latin-hébreu.

Les manuscrits

Deux témoins de cette traduction ont été conservés : le manuscrit 3 de la Bibliothèque Angelica de Rome (dorénavant « manuscrit A ») et le manuscrit 236 (B S 1158, H 4 D 2 C 2) de la Bibliothèque du Collège St Andrews en Écosse (dorénavant « manuscrit ST »).

L’existence de deux exemplaires de la traduction n’est pas due à une diffusion de l’ouvrage en dehors du cercle de Gilles de Viterbe. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire de la liste des livres latins et grecs ayant appartenus à Gilles, qui figure dans le manuscrit Grec 3074 de la Bibliothèque Nationale de Paris (f. 74v-79v) et qui a été publiée en 1961 par Charles Astruc et Jacques Monfrin2. On y trouve mention d’un Liber Sciarascim traductus cum tabula (n° 8), d’un deuxième exemplaire du même ouvrage (n° 12 : Bis Sciarascim traductus sed imperfectus); et d’une Tabula alphabetica in Sciarascim Chimhi (n.o 45).

Il me semble impossible, pour l’instant, de décider si le no 8 correspond au manuscrit A ou au manuscrit ST ; en outre, il paraît difficile de comprendre ce que signifie le terme imperfectus qui qualifie l’exemplaire no 12. Contrairement à ce qui a été suggéré naguère, rien ne permet de considérer qu’il puisse correspondre au manuscrit ST dont le paratexte est au contraire plus complet que celui du manuscrit A. Étant donné que l’entrée n° 12 ne précise pas l’existence d’une tabula, contrairement à l’entrée n° 8, on peut supposer que le codex décrit était imperfectus du fait qu’il ne comportait pas d’index.

Astruc et Monfrin ont établi que la Tabula alphabetica in Sciarascim Chimhi n’est autre que la première partie (f. 1r-48v) du recueil factice Latin 8751D de la Bibliothèque Nationale de Paris (dorénavant « manuscrit P »). On y retrouve le même index que celui qui apparaît à la fin des manuscrits A et ST, avec une différence toutefois, puisqu’il est précédé, dans P, d’une note explicative : In sciarascim Chimhi: per numeros cartarum et versuum carte signate sunt per parvas facies (f. 1r).

Description des manuscrits

Le manuscrit A est un codex en papier de [II]-II-785 folios. Le texte est disposé sur 22 lignes, séparées les unes des autres par un espace interlinéaire très large. Le cadre de justification est entouré de marges amples. Comme souvent, le catalogue des manuscrits latins de la Bibliothèque Angelica ne comporte pas de description des différentes mains qui sont intervenues dans le manuscrit. On peut, cependant, reconnaître la main de Gilles de Viterbe qui a ajouté l’avant-propos dans les marges supérieure et latérale du f. 2r3. Les folios 2r-441v ont été copiés par un scribe nommé Giovanni Margarito da Narni dont on n’a pas trouvé trace par ailleurs ; le nom Margarito est cependant attesté ailleurs, en Italie centrale. Dans le colophon, qui figure au f. 441v – ce qui correspond à la fin de la section consacrée à la lettre nun – Margarito précise qu’il a copié le texte à la demande (iussu) de Gilles summa cun [sic] diligentia « avec le plus grand soin ».

Il me semble discerner deux autres mains dans ce manuscrit, la main du scribe qui a achevé la copie de la traduction (f. 445r-501v) et celle du scribe qui a copié l’index (f. 774r-785v). Le feuillet [I]r, quant à lui, porte une mention plus tardive, très certainement portée par un bibliothécaire: Dictionarium, sive liber radicum, / Aegidio Viterbiensi Cardinali interprete.

Le manuscrit ST est un codex de papier de [V]-381-[V] folios. Exception faite des feuillets 1-10, 20, 30, 366-367, 380-381, numérotés au crayon par une main récente (afin de faciliter la description du manuscrit), le manuscrit ne présente pas de foliotation systématique. La copie est claire et régulière, bien que les lignes d’écriture soient très rapprochées, avec 41 lignes par page. Le manuscrit ST présente aussi un paratexte fort complexe (que je décrirai prochainement). L’avant-propos figure cette fois dans le corps du texte et dans la marge inférieure du f. 1r, Gilles a inscrit ce qui est probablement une note de possession, si l’on se réfère à la liste de livres que nous avons mentionnée précédemment : F. Eg. Viter. erem.

La traduction : caractéristiques

La traduction n’est précédée d’aucun titre et le nom de l’auteur de l’œuvre n’est pas indiqué. Dans les catalogues et dans la bibliographie secondaire, elle est répertoriée avec les mots inscrits au folio [I]r. Dictionarium, sive liber radicum, / Aegidio Viterbiensi Cardinali interprete, ajoutés ultérieurement. Dans l’avant-propos, Gilles ne s’attribue pas la traduction du dictionnaire mais indique que curavit hec haberi « il a favorisé sa réalisation » (ms A, f. 2r ; ms ST, f. 1r).

La version latine présente dans ces deux manuscrits est une traduction-calque, lexème par lexème, qui ne tient aucunement compte de la syntaxe et de la grammaire latines4. Saverio Campanini l’a décrite comme une “traduction interlinéaire in absentia5, rejoignant ainsi les propos de Gilles de Viterbe qui en a souligné la nature auxiliaire : usui vero possunt esse non mediocri, si quis cum hebraeo codice conferat ; sine quo, conferre possunt nihil, « [ce texte] n’est vraiment utile que si on le compare au manuscrit hébreu, faute de cela, il n’est d’aucune utilité » (ms A, f. 2r ; ms ST, f. 1r). Quant à l’identité du traducteur, Saverio Campanini a avancé le nom de l’hébraïsant calabrais Agathius Guidacerius mais il se pourrait aussi que le travail de traduction ait été conduit par une équipe6

Bibliographie

Manuscrits 

Écosse, St Andrews University, ms 236 (B S 1158, H 4 D 2 C 2). Description en ligne.

Paris, Bibliothèque Nationale, ms. Grec 3074.

Roma, Biblioteca Angelica, ms 3, Description en ligne.

Sources imprimées

Astruc – Monfrin 1961 = Charles Astruc et Jacques Monfrin, « Livres latins et hébreux du Cardinal Gilles de Viterbe », Bibliothèque d’Humanisme et  Renaissance 23 (1961), p. 551-554.

Kimchi 1847 = Davidis Kimchi Radicum liber sive Hebraeum bibliorum lexicon cum animadversionibus Eliae Levitae […] ediderunt Jo. H. T. Biesenthal et F. Lebrecht, Berolini, Typis Friedlaenderianis, 1847 [repr. Jerusalem 1967].

Catalogues

Abate (à paraître) = Emma Abate, Catalogo dei manoscritti ebraici della Biblioteca Angelica di Roma.

Di Cesare 1982 = Francesca Di Cesare, Catalogo dei manoscritti in scrittura latina datati, per indicazione di anno, di luogo o di copista, II: Biblioteca Angelica, Turin, Bottega d’Erasmo, 1982, p. 15-16.

Narducci 1893 = Henricus Narducci, Catalogus codicum manuscriptorum praeter Graecos et Orientales in Bibliotheca Angelica olim coenobii sancti Augustini de Urbe, Rome, Typis Ludovici Cecchini, 1893 p. 1, n.o 3.

Littérature secondaire

Abate 2014 = Emma Abate, « Filologia e Qabbalah. La collezione ebraica di Egidio da Viterbo alla Biblioteca Angelica di Roma », Archivio italiano per la storia della pietà 26 (2014), p. 409-446: p. 434-437.

Abate 2016 = Emma Abate, « David Qimhi et Gilles de Viterbe: La lexicographie juive face à l’héritage magique », in Flavia Buzzetta (éd.), Angéologie, démonologie et spiritualisation du réel, Paris, Kime, 2016, p. 11-47.

Abate 2016a = Emma Abate, « Elias Levita the Lexicographer and the Legacy of Sefer ha-Shorashim », Sefarad 76/2 (2016), p. 289-311.

Abate – Mottolese 2016 = Emma Abate – Maurizio Mottolese, « La qabbalah in volgare: manoscritti dall’atelier di Egidio da Viterbo, in Stefano U. Baldassarri – Fabrizio Lelli (curr.), Umanesimo e cultura ebraica nel Rinascimento italiano, Angelo Pontecorboli Editore, Firenze 2016, p. 15-40.

Campanini 2016 = Saverio Campanini, « Thou bearest not the root, but the root thee. On the reception of the Sefer ha-Shorashim in Latin », Sefarad 76/2 (2016), p. 313-331: p. 319-320.

Kogel 2015 = Judith Kogel, « Le‘azim in David Kimhi’s Sefer ha-Shorashim: Scribes and Printers through Space and Time », in Javier del Barco (ed.), The Late Medieval Hebrew Book in the Western Mediterranean, Leiden-Boston, Brill, 2015, p. 182-189.

Kogel 2016 = Judith Kogel, « Qimhi’s Sefer ha-Shorashim: A Didactic Tool », Sefarad 76/2 (2016), p. 231-250.

Kristeller 1963-92 = Paul Oskar Kristeller, Iter Italicum. A finding list of uncatalogued or incompletely catalogued Humanistic manuscripts of the Renaissance in Italian and other libraries, 6 vols., Londres, The Warburg Institute, 1963-1992: I, p. 410-411.

Martin 1979 = Francis X. Martin, « The writings of Giles of Viterbo », Augustiniana 29 (1979), p. 141-193.

Martin 1992 = Francis X. Martin, Friar, Reformer, and Renaissance Scholar: Life and Work of Giles of Viterbo, 1469-1532, Villanova, Augustinian Press, 1992.

Citer cet article : Giacomo Corazzol, «Les manuscrits latins du Sefer ha-shorashim», dans Liber radicum, Sefer ha-shorashim, 09/04/2019, https://shorashim.hypotheses.org/109.
  1. Campanini 2016; Kogel 2015; Kogel 2016. []
  2. Astruc – Monfrin 1961. []
  3. Voir Abate (à paraître). []
  4. Pour une analyse de la méthode et du style de traduction qui caractérisent ce texte, v. Campanini 2016, p. 324-327. []
  5. Campanini 2016, p. 326. []
  6. Abate – Mottolese 2016, p. 22. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.